vos-information-sur-internet-son-connus-de-votre-employeur.jpg

sur Internet toute vos informations sont connus des leurs publications

Le citoyen transparent

Nous sommes quotidiennement submergés d'innombrables rapports qui nous racontent avec quelle perfidie et de quelle manière généralisée nous sommes victimes de la surveillance totale, telle que George Orwell l'a exposée, il y bien longtemps, mais de façon beaucoup plus divertissante.

« La vie était-elle mieux sans Internet ? » – C'est une question que l'on entend souvent ces dernières années en relation avec la surveillance de masse. Cela semble être la réaction automatique à l'un ou l'autre scandale relatif à l'abus des données d'utilisateurs qui consiste à blâmer immédiatement les entreprises dans les médias sociaux tels que Facebook, Google etc., l'économie cupide et bien sûr les organismes de surveillance (américains) trop curieux.

Les médias sociaux : le désir de la révélation du soi

Alors qu'autrefois la communication directe prévalait, l'Internet s'est entre-temps avéré être le moyen de communication principal dans la vie de nombreuses personnes. Que ce soit dans l'Orient ou dans l'Occident, il est tout à fait normal d'envoyer un e-mail à ses partenaires, de mettre en ligne une photo de vacances ou bien de s'exprimer sur un sujet explosif sur Twitter. C'est dans la nature humaine de communiquer et de se révéler soi-même (dans différents degrés). Malheureusement, on oublie trop souvent – et ceci était peut-être vraiment « mieux » autrefois – que l'Internet n'oublie rien.

vos-information-sur-internet-son-connus-de-votre-employeur.jpg

Est-il vraiment juste de reprocher aux réseaux sociaux de permettre d'espionner n'importe quelle personne fort des données librement disponibles sur ces réseaux sociaux ? Après tout, ce sont les utilisateurs eux-mêmes qui montrent leur vie en temps réel volontairement. Il ne faut pas du tout se servir des technologies employées par les services secrets pour extraire les informations sur l'emplacement des images du portfolio fournies automatiquement par une application de votre smartphone dans les propriétés des images ou saisies souvent par les utilisateurs en tant que description.

Une fois publié, il est presque impossible de complètement supprimer une déclaration ou un message d'Internet. D'autant plus que l'Internet n'est par définition pas une autoroute à une seule voie vous menant d'un point A à B, mais plutôt un réseau presque sans limites composé par des ordinateurs et des serveurs, sur lesquels des paquets de données sont enregistrées temporairement pendant qu'ils passent du point A à B. Si tout part d'un profil social, il y a une chance de propagation encore plus rapide sur Internet – grâce à la soi-disante « viralité ». Celle-ci est devenue le successeur efficace du bon vieux bouche-à-oreille.

Tout ce qui se passe sur Internet reste sur Internet.

Des algorithmes destinés à la détection de types de comportement essaient de découvrir des types de comportement frappants dans d'immenses quantités de données existantes. Tous ceux qui estiment ne rien avoir à cacher ne doivent quand même pas paraître innocents, comme le prouvent de nombreux rapports individuels dans le monde entier.

Peu importe de déclarer la protection de nos données un droit de l'homme si les utilisateurs ne se rendent pas compte des traces qu'ils laissent sur Internet. Les initiatives lancées par des individus, tels que l'homme politique allemand Malte Spitz, qui a demandé justice pour 6 mois de données personnelles conservées qu'il a publiées, devraient être susceptibles de nous démontrer la gravité de la situation. Alors que la surveillance et l'exploration de données n'envisagent souvent que « quels contenus » nous redigeons, ce cas démontre clairement la quantité d'informations inclus même dans les données dites meta-données (« quand », « où », « avec quelle fréquence » nous communiquons « avec qui »).

Notre astuce :
Veuillez traiter vos données personnelles avec circonspection. « L'Internet » n'est à même de propager, sauvegarder et évaluer que ce que vous y intégrez à travers différentes sources. Vous pouvez au moins décider tout ce qui sera propagé à travers les réseaux sociaux dans une certaine proportion. Si votre profession vous demande la présence sur différents portails, le risque persiste que vos amis et connaissances révèlent des détails sur votre personne et votre vie – pas forcément de manière malintentionnée – ou vous identifier sur une photo de la dernière fête.

Pesez donc au trébuchet où vous naviguez et sur quelles pubs vous cliquez, surtout en étant connecté sur différents portails. Si , p. ex., vous oubliez de vous déconnecter de Facebook, des plugins Facebook (bien sûr destinés à vous faciliter pour laisser des commentaires sur les contenus) permettent de vous suivre sur vos chemins et de les lier directement à vous. Même en vous étant déconnecté, vous devrez vous fier à l'utilisation conforme aux dispositions de la protection de données de ces plugins fournis par les opérateurs des site web pour que vos données ne soient pas transférées aux opérateurs des réseaux sans votre accord préalable.

Notre astuce :
Ne vous fiez pas uniquement à la force du chiffrement de vos messages (les meta-données restent toujours visibles), aux promesses des fournisseurs de services en cloud et d'autres services en ligne ou voire aux droits de l'homme. Même en se servant de services d'anonymat, tels que TOR, vous ne serez pas protégé à 100 % comme nous venons de l'apprendre. L'idée de garder des données importantes sur un ordinateur séparé dépourvu d'une connexion sur Internet n'est pas nouvelle non plus, quoique l'utilisateur d'Internet lambda trouve cette méthode assez incommode qui semble, d'ailleurs, peu réalisable vu le succès qu'ont vu les smartphones.

La seule possibilité de vous empêcher à 100 % de publier vos propres informations : s'abstenir des réseaux en ligne ou vous débrancher et rester hors ligne. En fin de compte, c'est à vous de décider quelles informations vous révélez sur vous et comment vous traitez celles des autres. De même que nous devrions expliquer à ceux qui sont importants pour nous avec quelle circonspection il faut traiter les résultats de recherche ou les bannières publicitaires (mot-clé : malwares), il nous incombe de nous responsabiliser ainsi que les autres en ce qui concerne le traitement de données en et hors ligne.

Conseil de Securite Informatique Astuce du Web,

Télécharger Emsisoft Anti Malware gratuis pendant 30 Jours et

ensuite à 3 euros pour 30 Jours supplémentaire en cliquant sur Contacter Astuce du Web en haut à droite

Pages d'accueil Blog Boutique Forum Album photos Sondages Quiz Galerie vidéos

Annuaire de référencement Liens Livre d'or Contacter Astuce du Web

Articles securite du site informatique D' Astuce du web

                                                                                                                                    

                                                                                                                              Bonne navigation (sans malware) à vous !

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau