DNS, Noms d'hôtes, nom de domaine qu'est ce que c'est ?

DNS Système de noms de domaine

  • Qu'appelle-t-on DNS ?
  • Noms d'hôtes
  • Introduction au Domain Name System
  • L'espace de noms
  • Les serveurs de noms
  • Résolution de noms de domaine
  • Types d'enregistrements
  • Domaines de haut niveau

 

Qu'appelle-t-on DNS ?

Chaque ordinateur directement connecté à internet possède au moins une adresse IP propre. Cependant, les utilisateurs ne veulent pas travailler avec des adresses numériques du genre 194.153.205.26 mais avec un nom de domaine ou des adresses plus explicites (appelées adresses FQDN) du type [www.emsisoft.e-monsite.com].

Ainsi, il est possible d'associer des noms en langage courant aux adresses numériques grâce à un système appelé DNS (Domain Name System).

On appelle résolution de noms de domaines (ou résolution d'adresses) la corrélation entre les adresses IP et le nom de domaine associé.

Noms d'hôtes

Aux origines de TCP/IP, étant donné que les réseaux étaient très peu étendus ou autrement dit que le nombre d'ordinateurs connectés à un même réseau était faible, les administrateurs réseau créaient des fichiers appelés tables de conversion manuelle. Ces tables de conversion manuelle étaient des fichiers séquentiels, généralement nommés hosts ou hosts.txt, associant sur chaque ligne l'adresse IP de la machine et le nom littéral associé, appelé nom d'hôte.

Introduction au Domain Name System

Le système précédent de tables de conversion nécessitait néanmoins la mise à jour manuelle des tables de tous les ordinateurs en cas d'ajout ou de modification d'un nom de machine. Ainsi, avec l'explosion de la taille des réseaux, et de leur interconnexion, il a fallu mettre en place un système de gestion des noms hiérarchisé et plus facilement administrable. Le système nommé Domain Name System (DNS), traduisez Système de nom de domaine, a été mis au point en novembre 1983 par Paul Mockapetris (RFC 882 et RFC 883), puis révisé en 1987 dans les RFCs 1034 et 1035. Le DNS a fait l'objet depuis de nombreuses RFCs.

Ce système propose :

  • un espace de noms hiérarchique permettant de garantir l'unicité d'un nom dans une structure arborescente, à la manière des systèmes de fichiers d'Unix.
  • un système de serveurs distribués permettant de rendre disponible l'espace de noms.
  • un système de clients permettant de « résoudre » les noms de domaines, c'est-à-dire interroger les serveurs afin de connaître l'adresse IP correspondant à un nom.

 

L'espace de noms

La structuration du système DNS s'appuie sur une structure arborescente dans laquelle sont définis des domaines de niveau supérieurs (appelés TLD, pour Top Level Domains), rattachés à un noeud racine représenté par un point.


internet-structuration-systeme-dns-s-appuie-structure-arborescente-definis-domaines.png

On appelle « nom de domaine » chaque noeud de l'arbre. Chaque noeud possède une étiquette (en anglais « label ») d'une longueur maximale de 63 caractères.

L'ensemble des noms de domaine constitue ainsi un arbre inversé où chaque noeud est séparé du suivant par un point (« . »).

L'extrémité d'une branche est appelée hôte, et correspond à une machine ou une entité du réseau. Le nom d'hôte qui lui est attribué doit être unique dans le domaine considéré, ou le cas échéant dans le sous-domaine. A titre d'exemple le serveur web d'un domaine porte ainsi généralement le nom www.

Le mot « domaine » correspond formellement au suffixe d'un nom de domaine, c'est-à-dire l'ensemble des étiquettes de noeuds d'une arborescence, à l'exception de l'hôte.

Le nom absolu correspondant à l'ensemble des étiquettes des noeuds d'une arborescence, séparées par des points, et terminé par un point final, est appelé
adresse FQDN (Fully Qualified Domain Name, soit Nom de Domaine Totalement Qualifié). La profondeur maximale de l'arborescence est de 127 niveaux et la longueur maximale d'un nom FQDN est de 255 caractères. L'adresse FQDN permet de repérer de façon unique une machine sur le réseau des réseaux. Ainsi www.commentcamarche.net. représente une adresse FQDN.

Les serveurs de noms

Les machines appelées serveurs de nom de domaine permettent d'établir la correspondance entre le nom de domaine et l'adresse IP des machines d'un réseau.

Chaque domaine possède un serveur de noms de domaines, appelé « serveur de noms primaire » (primary domain name server), ainsi qu'un serveur de noms secondaire (secondary domaine name server), permettant de prendre le relais du serveur de noms primaire en cas d'indisponibilité.

Chaque serveur de nom est déclaré dans à un serveur de nom de domaine de niveau immédiatement supérieur, ce qui permet implicitement une délégation d'autorité sur les domaines. Le système de nom est une architecture distribuée, où chaque entité est responsable de la gestion de son nom de domaine. Il n'existe donc pas d'organisme ayant à charge la gestion de l'ensemble des noms de domaines.

Les serveurs correspondant aux domaines de plus haut niveau (TLD) sont appelés « serveurs de noms racine ». Il en existe treize, répartis sur la planète, possédant les noms « a.root-servers.net » à « m.root-servers.net ».

Un serveur de noms définit une zone, c'est-à-dire un ensemble de domaines sur lequel le serveur a autorité. Le système de noms de domaine est transparent pour l'utilisateur, néanmoins il ne faut pas oublier les points suivants :

  • Chaque ordinateur doit être configuré avec l'adresse d'une machine capable de transformer n'importe quel nom en une adresse IP. Cette machine est appelée Domain Name Server. Pas de panique: lorsque vous vous connectez à internet, le fournisseur d'accès va automatiquement modifier vos paramètres réseau pour vous mettre à disposition ces serveurs de noms.
  • L'adresse IP d'un second Domain Name Server (secondary Domain Name Server) doit également être définie : le serveur de noms secondaire peut relayer le serveur de noms primaire en cas de dysfonctionnement.


Le serveur le plus répandu s'appelle BIND (Berkeley Internet Name Domain). Il s'agit d'un logiciel libre disponible sous les systèmes UNIX, développé initialement par l'université de Berkeley en Californie et désormais maintenu par l'ISC (Internet Systems Consortium).

Résolution de noms de domaine

Le mécanisme consistant à trouver l'adresse IP correspondant au nom d'un hôte est appelé « résolution de nom de domaine ». L'application permettant de réaliser cette opération (généralement intégrée au système d'exploitation) est appelée « résolveur » (en anglais « resolver »).

Lorsqu'une application souhaite se connecter à un hôte connu par son nom de domaine (par exemple « www.commentcamarche.net »), celle-ci va interroger un serveur de noms défini dans sa configuration réseau. Chaque machine connectée au réseau possède en effet dans sa configuration les adresses IP de deux serveurs de noms de son fournisseur d'accès.

Une requête est ainsi envoyée au premier serveur de noms (appelé « serveur de nom primaire »). Si celui-ci possède l'enregistrement dans son cache, il l'envoie à l'application, dans le cas contraire il interroge un serveur racine (dans notre cas un serveur racine correspondant au TLD « .net »). Le serveur de nom racine renvoie une liste de serveurs de noms faisant autorité sur le domaine (dans le cas présent les adresses IP des serveurs de noms primaire et secondaire de commentcamarche.net).

Le serveur de noms primaire faisant autorité sur le domaine va alors être interrogé et retourner l'enregistrement correspondant à l'hôte sur le domaine (dans notre cas www).

serveur-noms-primaire-faisant-autorite-interroge-hote-domaine.png

Types d'enregistrements

Un DNS est une base de données répartie contenant des enregistrements, appelés RR (Resource Records), concernant les noms de domaines. Seules sont concernées par la lecture des informations ci-dessous les personnes responsables de l'administration d'un domaine, le fonctionnement des serveurs de noms étant totalement transparent pour les utilisateurs.

En raison du système de cache permettant au système DNS d'être réparti, les enregistrements de chaque domaine possèdent une durée de vie, appelée TTL (Time To Live, traduisez espérance de vie), permettant aux serveurs intermédiaires de connaître la date de péremption des informations et ainsi savoir s'il est nécessaire ou non de la revérifier.

D'une manière générale, un enregistrement DNS comporte les informations suivantes :

Nom de domaine (FQDN)TTLTypeClasseRData
www.emsisoft.e-monsite.com 3600 A IN 162.4.255.85
  • Nom de domaine : le nom de domaine doit être un nom FQDN, c'est-à-dire être terminé par un point. Si le point est omis, le nom de domaine est relatif, c'est-à-dire que le nom de domaine principal suffixera le domaine saisi ;
  • Type: une valeur sur 16 bits spécifiant le type de ressource décrit par l'enregistrement. Le type de ressource peut être un des suivants :
    • A : il s'agit du type de base établissant la correspondance entre un nom canonique et une adresse IP. Par ailleurs il peut exister plusieurs enregistrements A, correspondant aux différentes machines du réseau (serveurs).
    • CNAME (Canonical Name) : il permet de faire correspondre un alias au nom canonique. Il est particulièrement utile pour fournir des noms alternatifs correspondant aux différents services d'une même machine.
    • HINFO : il s'agit d'un champ uniquement descriptif permettant de décrire notamment le matériel (CPU) et le système d'exploitation (OS) d'un hôte. Il est généralement conseillé de ne pas le renseigner afin de ne pas fournir d'éléments d'informations pouvant se révéler utiles pour des pirates informatiques.
    • MX (Mail eXchange) : correspond au serveur de gestion du courrier. Lorsqu'un utilisateur envoie un courrier électronique à une adresse (utilisateur@domaine), le serveur de courrier sortant interroge le serveur de nom ayant autorité sur le domaine afin d'obtenir l'enregistrement MX. Il peut exister plusieurs MX par domaine, afin de fournir une redondance en cas de panne du serveur de messagerie principal. Ainsi l'enregistrement MX permet de définir une priorité avec une valeur pouvant aller de 0 à 65 535 :
    • NS : correspond au serveur de noms ayant autorité sur le domaine.
    • PTR : un pointeur vers une autre partie de l'espace de noms de domaines.
    • SOA (Start Of Authority) : le champ SOA permet de décrire le serveur de nom ayant autorité sur la zone, ainsi que l'adresse électronique du contact technique (dont le caractère « @ » est remplacé par un point).
  • Classe : la classe peut être soit IN (correspondant aux protocoles d'internet, il s'agit donc du système utilisé dans notre cas), soit CH (pour le système chaotique) ;
  • RDATA: il s'agit des données correspondant à l'enregistrement. Voici les informations attendues selon le type d'enregistrement :
    • A : une adresse IP sur 32 bits ;
    • CNAME : un nom de domaine ;
    • MX : une valeur de priorité sur 16 bits, suivi d'un nom d'hôte ;
    • NS : un nom d'hôte ;
    • PTR : un nom de domaine ;
    • SOA : plusieurs champs.

 

Domaines de haut niveau

Il existe deux catégories de TLD (Top Level Domain, soit domaines de plus haut niveau) :

  • Les domaines dits « génériques », appelés gTLD (generic TLD). Les gTLD sont des noms de domaines génériques de niveau supérieur proposant une classification selon le secteur d'activité. Ainsi chaque gTLD possède ses propres règles d'accès :
    • gTLD historiques :
      • .arpa correspond aux machines issues du réseau originel ;
      • .com correspondait initialement aux entreprises à vocation commerciale. Désormais ce TLD est devenu le « TLD par défaut » et l'acquisition de domaines possédant cette extension est possible, y compris par des particuliers.
      • .edu correspond aux organismes éducatifs ;
      • .gov correspond aux organismes gouvernementaux ;
      • .int correspond aux organisations internationales ;
      • .mil correspond aux organismes militaires ;
      • .net correspondait initialement aux organismes ayant trait aux réseaux. Ce TLD est devenu depuis quelques années un TLD courant. L'acquisition de domaines possédant cette extension est possible, y compris par des particuliers.
      • .org correspond habituellement aux entreprises à but non lucratif.</gras>
    • nouveaux gTLD introduits en novembre 2000 par l'ICANN :
      • .aero correspond à l'industrie aéronautique ;
      • .biz (business) correspondant aux entreprises commerciales ;
      • .museum correspond aux musées ;
      • .name correspond aux noms de personnes ou aux noms de personnages imaginaires ;
      • .info correspond aux organisations ayant trait à l'information ;
      • .coop correspondant aux coopératives ;
      • .pro correspondant aux professions libérales.</gras>
    • gTLD spéciaux :
      • .arpa correspond aux infrastructures de gestion du réseau. Le gTLD arpa sert ainsi à la résolution inverse des machines du réseau, permettant de trouver le nom correspondant à une adresse IP.
  • Les domaines dits «nationaux », appelés ccTLD (country code TLD). Les ccTLD correspondent aux différents pays et leurs noms correspondent aux abréviations des noms de pays définies par la norme ISO 3166. Le tableau ci-dessous récapitule la liste des ccTLD.

 

CodePays
AC Ile de l'Ascencion
AD Andorre
AE Emirats Arabes Unis
AF Afghanistan
AG Antigua et Barbuda
AI Anguilla
AL Albanie
AM Arménie
AN Antilles Néerlandaises
AO Angola
AQ Antarctique
AR Argentine
AS Samoa Américaines
AT Autriche
AU Australie
AW Aruba
AZ Azerbaïdjan
BA Bosnie-Herzégovine
BB Barbade
BD Bangladesh
BE Belgique
BF Burkina Faso
BG Bulgarie
BH Bahreïn
BI Burundi
BJ Bénin
BM Bermudes
BN Brunei
BO Bolivie
BR Brésil
BS Bahamas
BT Bhoutan
BV Ile Bouvet
BW Botswana
BY Biélorussie
BZ Belize
CA Canada
CC Iles Cocos
CD République démocratique du Congo
CF République Centrafricaine
CG Congo
CH Suisse
CI Côte d'Ivoire
CK Iles Cook
CL Chili
CM Cameroun
CN Chine
CO Colombie
COM Organisme à but commercial
CR Costa Rica
CU Cuba
CV Cap Vert
CX Ile Christmas
CY Chypre
CZ République Tchèque
DE Allemagne
DJ Djibouti
DK Danemark
DM Dominique
DO République Dominicaine
DZ Algérie
EC Equateur
EDU Organisme ayant un rapport avec l'éducation
EE Estonie
EG Egypte
EH Sahara Occidental
ER Erythrée
ES Espagne
ET Ethiopie
EU Europe
FI Finlande
FJ Fidji
FK Iles Falkland (Malouines)
FM Micronésie
FO Iles Féroé
FR France
FX France (Territoire Européen)
GA Gabon
GB Grande-Bretagne
GD Grenade
GE Géorgie
GF Guyane Française
GG Guernesey
GH Ghana
GI Gibraltar
GL Groenland
GM Gambie
GN Guinée
GOV Organisme gouvernemental
GP Guadeloupe
GQ Guinée Equatoriale
GR Grèce
GS Géorgie du Sud
GT Guatemala
GU Guam (USA)
GW Guinée-Bissau
GY Guyana
HK Hong Kong
HM Iles Heard and McDonald
HN Honduras
HR Croatie
HT Haïti
HU Hongrie
ID Indonésie
IE Irlande
IL Israël
IM Ile de Man
IN Inde
IO Territoires Britanniques de l'océan Indien
IQ Irak
IR Iran
IS Islande
IT Italie
JM Jamaïque
JO Jordanie
JP Japon
KE Kenya
KG Kirghizistan
KH Cambodge
KI Kiribati
KM Comores
KN Saint Kitts et Nevis
KP Corée du Nord
KR Corée du Sud
KW Koweït
KY Iles Caïmans
KZ Kazakhstan
LA Laos
LB Liban
LC Sainte-Lucie
LI Liechtenstein
LK Sri Lanka
LR Libéria
LS Lesotho
LT Lituanie
LU Luxembourg
LV Lettonie
LY Libye
MA Maroc
MC Monaco
MD Moldavie
MG Madagascar
MH Iles Marshall
MK Macédoine
ML Mali
MIL Organisme militaire
MM Myanmar
MN Mongolie
MO Macao
MP Iles Marianne du Nord
MQ Martinique
MR Mauritanie
MS Montserrat
MU Ile Maurice
MV Maldives
MW Malawi
MX Mexique
MY Malaisie
MZ Mozambique
NA Namibie
NC Nouvelle-Calédonie
NE Niger
NET Organisme ayant un rapport avec Internet
NF Iles Norfolk
NG Nigeria
NI Nicaragua
NL Pays-Bas
NO Norvège
NP Népal
NR Nauru
NT Zone Neutre
NU Niue
NZ Nouvelle-Zélande
OM Oman
ORG Organisme non référencé
PA Panamá
PE Pérou
PF Polynésie française
PG Papouasie Nouvelle-Guinée
PH Philippines
PK Pakistan
PL Pologne
PM Saint-Pierre et Miquelon
PN Pitcairn
PR Porto Rico (USA)
PS Territoires palestiniens
PT Portugal
PY Paraguay
PW Palau
QA Qatar
RE Réunion
RO Roumanie
RU Fédération Russe
RW Rwanda
SA Arabie Saoudite
SB Iles Salomon
SC Seychelles
SD Soudan
SE Suède
SG Singapour
SH Sainte-Hélène
SI Slovénie
SJ Iles Svalbard et Jan Mayen
SK République Slovaque
SL Sierra Leone
SM San Marin
SN Sénégal
SO Somalie
SR Surinam
ST Sao Tomé et Principe
SU Union Soviétique
SV Salvador
SY Syrie
SZ Swaziland
TC Iles Turks et Caicos
TD Tchad
TF Territoire Austral Français
TG Togo
TH Thaïlande
TJ Tadjikistan
TK Tokelau
TM Turkménistan
TN Tunisie
TO Tonga
TP Timor Est
TR Turquie
TT Trinité et Tobago
TV Tuvalu
TW Taïwan
TZ Tanzanie
UA Ukraine
UG Ouganda
UK Royaume-Uni
UM US Minor Outlying Islands
US Etats-Unis
UY Uruguay
UZ Ouzbékistan
VA Cité du Vatican
VC Saint-Vincent et Grenadines
VE Venezuela
VG Iles Vierges Britanniques
VI Iles Vierges Américaines
VN Viêt Nam
VU Vanuatu
WF Wallis et Futuna
WS Samoa de l'Ouest
YE Yémen
YT Mayotte
YU Yougoslavie
ZA Afrique du Sud
ZM Zambie
ZR Zaïre
ZW Zimbabwe

 

Date de dernière mise à jour : 21/10/2013

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau